Antiépileptiques au cours de la grossesse : l'ANSM publie une analyse des données

L’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) publie une analyse des données disponibles sur le risque de malformations et de troubles neuro-développementaux chez les enfants exposés pendant la grossesse, pour l’ensemble des antiépileptiques commercialisés en France, en complément de celle déjà menée pour le valproate.

Dans les suites de cette analyse, l’ANSM a décidé de réunir un comité d’experts indépendants (CSST) le 14 mai 2019 pour proposer des mesures complémentaires de réduction des risques liés à l'exposition in utero aux antiépileptiques.

La FFRE et d’autres membres du CNE ont ainsi été auditionnés dans le cadre de ce CSST, le 14 mai dernier, à l’ANSM.

Cette audition visait à écouter les propositions de la FFRE et des membres du CNE pour évaluer les mesures qui peuvent être mises en place afin de réduire les risques de malformations et de troubles neuro-développementaux chez les enfants exposés pendant la grossesse à un antiépileptique autre que la Dépakine.

L’analyse réalisée par l’ANSM détaille pour chaque antiépileptique les risques potentiels, avérés ou non, identifiés au regard des données actuellement disponibles et permet de les hiérarchiser en fonction du niveau de risque de malformations.

Les auditions sont retransmises sur la chaine YouTube de l’ANSM

L’ANSM rappelle aux professionnels de santé que la Haute Autorité de Santé (HAS) a actualisé fin 2018 ses recommandations de prise en charge des femmes épileptiques.

Actualité repérée pour vous par le Centre de documentation de FAHRES - SG